#Rediff | On a joué à God of War PS4 : un jeu spectaculaire, et diablement inspiré

0
140
#Rediff | On a joué à God of War PS4 : un jeu spectaculaire, et diablement inspiré

God of War : un épisode au (bon) goût de reboot pour Kratos

Les plus

  • Un God of War repensé avec brio
  • Techniquement éblouissant
  • La coopération Kratos/Atreus
  • Le système de combat très riche (et même un peu exigeant parfois)
  • Des quêtes annexes nombreuses, et souvent fabuleuses
  • Un jeu qui s’amuse à surprendre le joueur en permanence
  • La mise en scène, la musique, ce plan séquence impressionnant
  • Un Kratos toujours aussi énervé et sauvage
  • Une nouvelle dimension RPG bienvenue
Les moins

  • Un premier contact qui en déroutera forcément certains
  • La map, pas très claire quand même
  • L’interface de personnalisation/upgrade

Initiée sur PS2, la saga God of War débarque enfin sur PS4, avec un épisode au (bon) goût de reboot, qui fait migrer Kratos (et les joueurs) de la Grèce Antique aux terres nordiques de Midgard.

God of War est mort… vive God of War !

Si vous suivez un minimum l’actualité vidéoludique ,vous savez que ce God of War PS4 est un épisode totalement revisité. Ce nouvel épisode fait la part belle à une toute nouvelle forme de gameplay, avec notamment une caméra repositionnée, un système de combats repensé (sans les Lames du Chaos), mais également une évolution en coopération avec le jeune Atreus, des quêtes annexes, de la magie, une mythologie Nordique, une barbe drue et finement taillée… Bref, sachez-le, ce God of War a tout pour déstabiliser le fan de la première heure. Un titre qui peut effectivement dérouter le joueur durant les premières minutes/heures de jeu, mais qui va progressivement déployer toutes ses qualités, jusqu’à aboutir à un chef d’oeuvre assez exceptionnel.

Ainsi, pour la petite histoire, on retrouve ici ce cher Kratos qui, après les évènement survenus dans les opus précédents, a décidé d’aller prendre le frais du côté de Midgard en s’installant chichement dans une petite cabane au coeur de la forêt. Kratos est désormais accompagné de son fils, Atreus, et tous deux vont se lancer dans un voyage, afin de respecter les voeux de l’épouse du divin chauve, Faye. Un Kratos revisité, flanqué d’une toute nouvelle barbe, mais qui démontre rapidement ne rien avoir perdu de ses attributs divins, affrontant cette fois toute la barbarie de la mythologie Nordique.

Un reboot à la Resident Evil 4 ?

Comme évoqué un peu plus haut, ce God of War PS4 est un épisode totalement repensé. Exit donc les angles de caméra impressionnants, et place à une caméra dynamique placée derrière notre héros. Cela modifie grandement l’approche même du jeu d’aventure : il faudra constamment observer les lieux visités, ces derniers étant truffés de bonus à récupérer, mais aussi de chemins alternatifs. Plutôt dirigiste au départ, God of War s’ouvre littéralement au fil des heures, et permettra notamment de se détourner quelques heures de la quête principale, pour accomplir différentes tâches annexes. Des objectifs secondaires à ne pas négliger, puisque si certains permettent simplement de récupérer un peu d’XP ou d’Argent, d’autres permettront non seulement de récupérer des objets rares, mais aussi de découvrir un nouveau pan complet de la map, avec quelques séquences à couper le souffle et des boss (très) impressionnants. En ce qui nous concerne, ce God of War PS4 nous a rappelé un certain Resident Evil 4 au niveau de sa prise de risque et de sa réorientation. Le jeu conserve donc toute son aura, tout en modifiant (parfois drastiquement) les codes de la saga, pour aboutir à une toute nouvelle expérience God of War, comme ce fut le cas pour le titre de Capcom à l’époque.

Pour la première fois, God of War propose donc une map, des lieux à explorer (avec un pourcentage de complétion), des objets à récupérer pour modifier les attributs de Kratos, des armures à forger, à améliorer… Un côté RPG pleinement assumé, et plutôt bien amené ici, puisque ce dernier va lui aussi se développer au fil des heures pour ne pas trop brusquer le joueur. A terme, il faudra donc dépenser son XP pour découvrir de nouvelles capacités (notamment de nouvelles attaques) à attribuer à Kratos et Atreus, mais aussi gérer son équipement et ses runes en fonction de l’environnement. Evidemment, les quêtes les plus périlleuses permettront bien souvent de mettre la main sur des objets très rares, et même d’ouvrir des environnements complets qui seront inaccessibles à ceux qui se contenteront de la quête principale. Via un ingénieux système de hub, God of War permet de revisiter les lieux déjà parcourus, et permettre ainsi à Kratos et Atreus d’atteindre telle ou telle corniche, de déverrouiller une porte grâce à une nouvelle capacité… Par certains aspects, le jeu PS4 rappellera également un peu The Last of Us, avec nos deux héros qui auront sans cesse besoin l’un de l’autre pour évoluer.

Evidemment, God of War profite d’une mise en scène absolument époustouflante, avec non seulement la relation Kratos/Atreus qui évolue au fil des heures, mais aussi quelques séquences d’anthologie et une avalanche de boss et autres combats dantesques à effectuer. A ce sujet, Kratos dispose ici d’une hache, Leviathan, et si les possibilités d’attaque paraissent très limitées en début de jeu, on parvient rapidement à comprendre toute la subtilité du nouveau système de combat, qui se révèle rapidement d’une richesse assez inouïe. A cela s’ajoute des énigmes très bien pensées, récompensant le joueur à coup de coffres ouverts avec toute la délicatesse qui caractérise ce cher Kratos. On peut par exemple lancer sa hache sur un ennemi pour clouer ce dernier au mur, s’attaquer à son complice à mains nues, tout en ordonnant à Atreus de cribler de flèches le troisième larron qui arrive dans notre dos. D’une pression sur Triangle, on rappelle Leviathan qui vient pourfendre l’ennemi durant son voyage, avant d’effectuer un demi-tour rapide et d’achever l’ennemi assommé derrière nous en pressant longuement R2. Evidemment, à ces séquences de combat archi-dynamiques s’ajoutent les fameuses exécutions de God of War, notamment face aux boss, toujours aussi sauvagement grandioses.

Une technique éblouissante ?

Evidemment, ce renouveau côté gameplay / progression / style de jeu, s’accompagne d’une refonte graphique totale, avec un opus développé spécialement pour la PS4. Ainsi, God of War propose des environnements de plus en plus vastes au fil de la progression, mais le jeu de Santa Monica Studios affiche également un niveau de détail rarement atteint. Il suffit d’observer les textures, les effets visuels, les particules, la modélisation des deux héros, les effets de lumière, les effets de mise en scène, la neige, la boue… tout a été optimisé au maximum, et force est d’admettre que le résultat est assez éblouissant pour la rétine, que l’on joue sur PS4 comme sur PS4 Pro. A cette prouesse visuelle s’ajoute également un miracle technique assez incroyable, puisque God of War n’impose aucun temps de chargement une fois l’aventure lancée. Mieux encore, le jeu utilise un système de mise en scène semblable à un plan séquence, sans le moindre écran noir, changement de plan ou autre, si bien que la même caméra va suivre Kratos (et Atreus) de la première à la dernière minute de jeu. Bluffant.

Côté durée de vie, ce nouveau God of War nécessitera entre 20 et 30 heures de votre temps pour parvenir au bout de ce magnifique voyage. Comme dit précédemment, on ne saurait que trop vous conseiller de ne pas négliger les quêtes annexes ou même les chasses au trésor, ces dernières permettant notamment de fouiller les moindre recoins de la map, qui regorgent de superbes lieux à visiter. On pourra également tenter de relever les différents défis intégrés à la quête principale, avec des objectifs d’élimination, des objets à récupérer, des portes à déverrouiller…

Bref, si certains vont forcément se montrer dubitatifs durant les toutes premières minutes/heures de l’aventure (en arguant à qui veut bien l’entendre que “ce n’est pas God of War !“), le jeu parvient très rapidement à en mettre plein les mirettes, à déployer un gigantisme assez incroyable, un gameplay nerveux et une richesse globale assez palpable, si bien que même les plus sceptiques devraient rapidement être comblés de bonheur. Un titre spectaculaire, violent, riche et diablement inspiré, qui a également pris le soin de cacher de nombreuses subtilités aux joueurs durant son développement.

Tout n’est cependant pas parfait : on notera un gameplay parfois un peu rigide ou encore quelques mécaniques un peu datées, sans oublier une map peu précise, mais cela n’empêche pas ce nouveau God of War de constituer un nouveau départ réussi pour la saga, et accessoirement l’un des meilleurs jeux de la ludothèque PS4 (voire de cette génération).

Notre avis sur God of War

A l’instar d’un Resident Evil 4 en son temps, God of War PS4 parvient à conserver toute l’aura de la saga, tout en révolutionnant complètement son système de jeu et sa progression. Une prise de risque payante pour Santa Monica Studios, qui livre là une oeuvre d’une densité impressionnante, élaborée avec soin et dotée d’une technique éblouissante, sur PS4 comme sur PS4 Pro. Un chef d’oeuvre incontestable, avec un tandem Kratos/Atreus qui vous tiendra en haleine pendant près d’une trentaine d’heures, que vous soyez fan inconditionnel de la saga originale ou non.

Les plus

  • Un God of War repensé avec brio
  • Techniquement éblouissant
  • La coopération Kratos/Atreus
  • Le système de combat très riche (et même un peu exigeant parfois)
  • Des quêtes annexes nombreuses, et souvent fabuleuses
  • Un jeu qui s’amuse à surprendre le joueur en permanence
  • La mise en scène, la musique, ce plan séquence impressionnant
  • Un Kratos toujours aussi énervé et sauvage
  • Une nouvelle dimension RPG bienvenue
Les moins

  • Un premier contact qui en déroutera forcément certains
  • La map, pas très claire quand même
  • L’interface de personnalisation/upgrade

Stéphane Ficca
Publié le 18 avr. 2018

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.