Accueil Technologie La Wi-Fi Alliance veut unifier les réseaux maillés avec la certification EasyMesh

La Wi-Fi Alliance veut unifier les réseaux maillés avec la certification EasyMesh

0
38
La Wi-Fi Alliance veut unifier les réseaux maillés avec la certification EasyMesh

Ce que le programme Wi-Fi Certified EasyMesh, annoncé hier par la Wi-Fi Alliance, promet de faire pour les réseaux maillés est l’équivalent de ce que le consortium fait depuis longtemps pour les équipements réseaux sans fil en général : garantir le bon fonctionnement des réseaux domestiques sans fil sans se préoccuper de savoir si une marque de périphérique sera compatible avec une autre. Sauf que, l’émergence des réseaux maillés a un peu miné ce travail de standardisation, chaque fabricant ayant suivi son propre chemin dans ce domaine. Comme l’explique l’Alliance, « le Wi-Fi est toujours le Wi-Fi. Il n’y a donc pas à craindre qu’un smartphone, ou un streamer multimédia, ou une caméra de sécurité domestique se connecte à un routeur sans fil, quelle que soit la marque ». Mais aujourd’hui, si vous achetez par exemple un routeur Linksys Velop, vous devrez aussi acheter des points d’accès Linksys Velop pour étendre ce réseau et couvrir plus de zones de votre habitation. La certification EasyMesh promet d’apporter aux réseaux maillés les mêmes garanties d’interopérabilité que celles offertes depuis longtemps par les routeurs conventionnels. Si Linksys décide de rendre sa gamme de produits Velop compatible EasyMesh, et si Netgear fait la même chose, il sera alors possible d’utiliser le point d’accès Orbi Outdoor de Netgear avec un routeur Linksys Velop. Cette compatibilité est importante car, à ce jour, Netgear est le seul fabricant à proposer un point d’accès mesh d’extérieur, mais il ne fonctionne qu’avec les routeurs de la série Orbi de Netgear.

EasyMesh est basé sur deux éléments : les agents qui surveillent et envoient des informations sur les performances du réseau et du client à un Contrôleur tournant sur un périphérique du réseau. Le Contrôleur gère le trafic réseau et assigne les clients à des points d’accès afin d’optimiser les performances et améliorer l’efficacité du réseau. « Le succès du Wi-Fi repose essentiellement sur son interopérabilité », a rappelé la semaine dernière Kevin Robinson, vice-président du marketing de la Wi-Fi Alliance, lors d’une interview. « Une approche standardisée permet de grandes économies d’échelle ». Celui-ci a également expliqué qu’EasyMesh est basée sur deux composantes principales : le contrôleur et l’agent. « Le contrôleur réside dans un dispositif du réseau – une passerelle ou un point d’accès – à partir duquel il contrôle et gère tous les dispositifs présents sur le réseau et la façon dont ils se connectent les uns aux autres. Les agents se trouvent dans les points d’accès maillés, ils s’organisent entre eux et fournissent des informations au contrôleur sur le fonctionnement du réseau ».

Chaque fabricant choisit d’ajouter ou non la certification

Si un point d’accès est surchargé ou si un périphérique client se déplace vers un endroit où un autre point d’accès pourra le servir plus rapidement ou plus efficacement, le contrôleur assignera le client à cet autre point d’accès. La certification EasyMesh supporte les liaisons data câblées et sans fil, la liaison pouvant être indifféremment partagée ou dédiée. Dans ce cas, la liaison Wi-Fi est utilisée uniquement pour l’échange de données (les routeurs Linksys Velop et Netgear Orbi prennent en charge ce mode). M. Robinson a déclaré que les fournisseurs de réseaux domestiques pourront se conformer à la certification EasyMesh et continuer à doter leurs produits de caractéristiques ou de performances spécifiques. « Un fabricant pourra par exemple développer une solution pour optimiser et gérer le réseau », a-t-il dit. « Cette caractéristique peut résider dans le contrôleur, mais elle fonctionnera avec les agents des points d’accès d’autres constructeurs ». Kevin Robinson a également précisé que la certification EasyMesh était implémentée dans le logiciel, « et qu’il ne serait donc pas nécessaire de modifier le hardware ». Cependant, il appartiendra à chaque fabricant de décider d’ajouter la certification aux produits existants.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here