Viol: Flavie Flament s’indigne des propos de Catherine Millet et de Brigitte Lahaie

0
30
Viol: Flavie Flament s’indigne des propos de Catherine Millet et de Brigitte Lahaie

L’animatrice a taclé la romancière et l’ancienne actrice sur son compte Instagram, après leurs propos controversés sur le viol.

Elle dénonce la « culture du viol » du discours ambiant. L’animatrice Flavie Flament s’est indignée jeudi des propos de deux signataires de la tribune polémique du Monde sur « la liberté d’importuner », Brigitte Lahaie et Catherine Millet, sur le viol, dénonçant un « festival ». 

LIRE AUSSI >> La tumultueuse vie de Catherine Millet, professionnelle du sensationnel 

L’animatrice radio et ancienne actrice X avait déclaré sur BFM TV: « On peut jouir lors d’un viol, je vous signale ». La romancière, interrogée sur France culture en décembre, avait elle assuré: « C’est mon grand problème, je regrette beaucoup de ne pas avoir été violée. Parce que je pourrais témoigner que du viol, on s’en sort. » 

« 98 000 personnes par an (femmes & hommes) vous cèdent volontiers leur place », a écrit Flavie Flament sur son compte Instagram, en réponse à Catherine Millet. Selon le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE), chaque année, en moyenne 84 000 femmes et 14 000 hommes sont victimes de viols ou de tentatives de viol. 

« Vie fauchée »

« 1 enfant sur 5 vous offre sa vie fauchée et vous propose de la poursuivre », a-t-elle poursuivi, accompagnant son message de hashtags cinglants: « Si t’as pas été violée t’as raté ta vie », « le viol est une chance », « mon viol est un non-événement [en référence aux frotteurs des transports en commun, dont les agissements sont considérés par les signataires de la tribune du Monde comme de potentiels « non-événements »]« .  

Dans son livre La Consolation paru en 2016, Flavie Flament a écrit avoir été violée durant son adolescence par le célèbre photographe anglais, David Hamilton, qui a nié les faits. Elle s’est prononcée pour l’allongement du délai de prescription des crimes sexuels commis sur des mineurs et a été chargée par le gouvernement Valls de co-présider une étude sur le sujet. 

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here