Un boulanger de l’Aube condamné à 3000 euros d’amende pour avoir trop travaillé

0
67
Un boulanger de l’Aube condamné à 3000 euros d’amende pour avoir trop travaillé

L’artisan a été épinglé pour avoir ouvert sa boulangerie sept jours sur sept l’été dernier à Lusigny-sur-Barse.

La décision administrative a du mal à passer. Les habitants de Lusigny-sur-Barse (Aube) se mobilisent pour soutenir leur boulanger. Cédric Vaivre, patron de la «Boulangerie du Lac» a écopé d’une amende de 3000 euros. Motif : il a ouvert sa boulangerie sept jours sur sept l’été dernier. Fin 2017, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) l’a épinglé pour non-respect de la réglementation imposant un jour de repos hebdomadaire.

Les habitants et le maire de Lusigny-sur-Barse, une commune de 2 000 habitants sur la route touristique des lacs de la forêt d’Orient, sont dans l’incompréhension. «Sur une zone touristique, cela semble indispensable que l’on puisse avoir un commerce ouvert tous les jours pendant l’été, il n’y a rien de pire que des commerces fermés lorsqu’il y a des touristes», estime le maire Christian Branle, interrogé par L’Est éclair.

Une dérogation non renouvelée en 2017

Dans l’Aube, la fermeture hebdomadaire des boulangeries est encadrée par deux arrêtés datant de 1994 et 2000. Ces deux textes imposent un jour de repos et précisent les dérogations possibles.

Jusqu’en 2016, le boulanger de Lusigny-sur-Barse bénéficiait d’une dérogation. Mais celle-ci n’a pas été renouvelée en 2017. Pour assurer une ouverture continue tous les jours de la semaine, le boulanger aurait été contraint d’ouvrir un deuxième établissement.

Une pétition de soutien à Cédric Vaivre, lancée fin février, a recueilli près de 400 signatures. L’affaire n’avait pas rencontré d’écho national, jusqu’à la diffusion, ce mardi, d’un reportage dans le journal de 13 heures de TF1. «Il faut avoir un peu de bon sens, on est dans une zone où il n’y a pas énormément de concurrence […] laissons travailler les gens alors que les visiteurs attendent ce service», y déclare le maire Christian Branle.

Le boulanger ne s’est pas encore acquitté de l’amende de 3 000 euros. Il espère qu’elle sera minorée voire annulée, compte tenu des spécificités de son commerce.

S.C.

Société

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.