Trois cas de harcèlement sexuel examinés au ministère du Travail

0
23
Trois cas de harcèlement sexuel examinés au ministère du Travail

Dans une interview au JDD, Muriel Pénicaud a expliqué que ces cas étaient en cours d’instruction. Elle a aussi confié avoir été victime de harcèlement au début de sa carrière.

Le harcèlement sexuel au travail existe aussi au ministère du Travail. Dans une interview au JDD, la ministre Muriel Pénicaud, révèle que trois cas sont actuellement examinés dans son ministère. « On a été informés de trois cas, que l’on est en train d’examiner », explique-t-elle. 

Le JDD a recueilli le témoignage d’une inspectrice du travail qui a essuyé pendant plusieurs mois les remarques d’un collègue telles que « Tu as du caractère comme femme, j’aime ça, cela me change de la mienne » ou « Tu n’as pas peur de rester toute seule le soir au bureau avec moi? ». 

Avec une collègue, celle-ci a décidé d’évoquer cette ambiance toxique en réunion de service. Devant l’inertie de leur hiérarchie, les deux femmes ont fini par demander leur mutation.  

Muriel Pénicaud elle-même victime

« On a les lois qu’il faut, mais elles ne sont pas toujours appliquées », explique la ministre du Travail. « J’invite les entreprises à former leurs managers à repérer les comportements de sexisme et de harcèlement, comme je vais m’en assurer dans mon ministère », ajoute-t-elle. 

Au JDD, Muriel Pénicaud confie aussi avoir elle-même été victime de harcèlement sexuel au début de sa carrière, comme « 80% des femmes de [son] entourage qui font face au sexisme ordinaire« , dit-elle, précisant que les faits se sont produits « lors de [son] premier emploi dans le public », quand elle était jeune.  

Lettre ouverte à la ministre

Selon elle, seuls 2400 recours pour harcèlement sexuel ont été déposés à l’Inspection du travail ces trois dernières années. 

Une lettre ouverte de trois pages adressée le 19 octobre à Muriel Pénicaud et à sa collègue secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes hommes, Marlène Schiappa, signée par la CGT, Sud-Solidaires et CNT pour dénoncer les violences sexistes dans l’administration, relate plusieurs cas récents de harcèlement au cours desquels les victimes « se sont heurtées au mépris le plus total de l’administration, quand ce n’était pas à la violence institutionnelle ».  

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here