Prévention : une machine pour repérer le diabète

0
203
Prévention : une machine pour repérer le diabète

Une machine installée dans certaines pharmacies permet de tester gratuitement en quelques minutes votre diabète.

«Est-ce que la machine prédit l’avenir ?», lance Hannah dans un éclat de rire. Au milieu de la pharmacie Tenon, dans le XXe arrondissement de Paris, la jeune infirmière de 28 ans, de passage, s’arrête quelques minutes pour tester son diabète. Elle enlève ses chaussettes. Monte sur le nouvel appareil, installé dans l’officine depuis deux mois. Et pose ses pieds et mains sur des plaques en inox. L’examen peut alors commencer. Dans quelques minutes, cette jeune infirmière connaîtra la qualité de ses terminaisons nerveuses. Lorsqu’elles sont abîmées, le malade souffre alors de neuropathie, dans 90 % due au diabète. Car l’excès de sucre attaque les nerfs, responsable d’une perte de sensibilité.

LIRE AUSSI > Diabète : dépistez-vous pour éviter les complications

Ainsi, cette machine commercialisée par la société Espace diabète, lancée il y a deux ans, permet de tester la réactivité de nos nerfs. La machine fait circuler un faible courant indolore sur les plaques, ce qui provoque une légère transpiration des pieds et mains. Elle évalue alors la quantité de sel et définit un risque d’atteinte neuropathique. Une autre option sur l’écran permet à ceux qui sont prédiabétiques ou diabétiques d’assurer un suivi de leur maladie. «J’ai les mains légèrement moites, mais c’est très léger», prévient Hannah. En face d’elle, un écran s’apprête à annoncer le résultat.

LIRE AUSSI > Diabète : l’espoir du pancréas artificiel

VIDEO. Des tests disponibles en pharmacie pour savoir si vous avez du diabète.

Un dépistage, pas un diagnostic

«J’essaie de faire attention et de manger équilibré», glisse-t-elle. Le verdict tombe en une minute. «Risque à 15 %, clame le pharmacien. C’est merveilleux.» «Qu’est-ce que ça veut dire ?», interroge aussitôt Hannah. «Que vous n’avez que très peu de risques d’avoir du diabète», explique Benoît Lucas. «Est-ce j’aurais pu avoir moins de 15 % ?» insiste-t-elle. Le pharmacien fait non de la tête : «On n’a encore pas vu de patients en dessous de ce taux.» Hannah sourit, ravie et soulagée. «C’est génial ! Les gens doivent faire ce test, peut-être que s’ils ont du diabète, ils changeront leurs habitudes alimentaires.» Dans l’officine, une cliente tend l’oreille. «Mon mari est diabétique, je vais lui dire qu’il vienne ici», lâche-t-elle, séduite.
 

Jusqu’alors, la machine a déjà détecté une quinzaine de personnes à risques : «Une à deux clients la testent par semaine», explique Benoît Lucas. Attention, cet appareil dépiste mais ne fait pas de diagnostic. «Evidemment, les résultats sont à confirmer par un médecin.»

LIRE AUSSI> Diabète : «Il y a 700 000 malades qui s’ignorent»

E.M.

Santé Pratique HannahdépistagediabèteEspace diabète

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.