Paris sans voiture essence en 2030 : les élus du Conseil de Paris divisés

0
19
Paris sans voiture essence en 2030 : les élus du Conseil de Paris divisés

De nombreux élus du Conseil de Paris ont donné leur avis sur le projet d’Anne Hidalgo de faire de la capitale française un laboratoire mondial des véhicules propres : un projet ambition pour les uns, irréalisable pour les autres.

Une polémique en chasse une autre. Alors que le débat faisait rage ces derniers jours sur les effets mitigés de la fermeture des voies sur berge sur la qualité de l’air dans la capitale, la Ville annonce qu’elle souhaite engager une nouvelle étape dans sa politique anti-voiture et vise la fin des véhicules essence à Paris pour l’horizon 2030. Une annonce qui laisse nombre d’élus perplexes.

 

Objectif inatteignable pour les Républicains

 

Florence Berthout présidente du groupe LR. LP/Olivier Corsan

 

« La fin des véhicules essence à Paris en 2030 ? Chiche ! » lâche Florence Berthout (LR). « Il ne suffit pas de décréter. Il faut aussi aménager la ville pour que cela soit réalisable. Les réseaux électriques actuels sont sous-dimensionnés et le nombre de bornes de recharge en gaz naturel anecdotique. Elle a parlé de l’horizon 2030 parce que Macron, lui, a parlé de 2040. C’est de la com’ pure »

 

Trop tôt pour les centristes

 

Eric Azière du groupe UDI-MoDem

 

« 2030,c’est demain ! Annoncer qu’il n’y aura plus de moteurs thermiques dans 12 ans ce n’est pas raisonnable. Imaginez le nombre de gens que cela concerne ! Une fois encore, Anne Hidalgo est enfermée dans des certitudes. Mais il s’agit d’accompagner une mutation industrielle et 12 ans c’est bien trop court pour cela ! », juge Eric Azière (UDI MoDem).

 

Ambitieux mais trop négatif pour les Constructifs

 

Marie-Laure Harel membre des Constructifs. DR

 

« C’est un objectif ambitieux auquel nous sommes favorables. Nous regrettons simplement que la maire de Paris n’aille pas jusqu’au bout de ses convictions en étant elle-même exemplaire avec un parc de véhicules municipal tout électrique. Plutôt qu’interdire, il faut déployer un arsenal incitatif : donner accès aux couloirs de bus aux voitures propres, multiplier les bornes de recharge… », insiste Marie-Laure Harel (PPC).

 

Un sujet de campagne pour 2020 pour les communistes

 

Nicolas Bonnet-Oulaldj président du groupe PC. LP/Olivier Arandel

 

« Ce n’est pas un engagement de la majorité municipale mais un sujet de campagne pour demain si Anne Hidalgo est à nouveau candidate aux municipales » tranche Nicolas Bonnet (PC). « La priorité n’est pas de réduire la place des véhicules thermiques mais de renforcer l’offre de transports en communs pour les Franciliens et de développer le fret par le rail et par le fleuve. »

 

Les écologistes applaudissent

 

David Belliard d’EELV. DR

 

« La maire de Paris souhaite aller plus vite que le gouvernement. Nous sommes très heureux de cette proposition, se réjouit David Belliard (EELV). Nous avons 13 ans devant nous pour améliorer l’offre de transports en communs, proposer de nouvelles lignes tel le tram sur les quais hauts de la Seine, créer des parkings relais et renforcer les circulations douces. »

 

Paris doit prendre les devants pour les socialistes

 

Rémi Féraud adjoint PS. LP/Olivier Arandel

 

« Il ne s’agit pas d’une interdiction mais d’être volontariste et de fixer des objectifs avec une échéance, insiste Rémi Féraud (PS). C’est le rôle des grandes métropoles et Paris de prendre les devants en multipliant les alternatives aux véhicules thermiques. Les conservateurs n’imaginent pas la révolution qui va s’opérer dans les transports dans les années 2020… »

 

Les élus LREM s’interrogent sur la faisabilité

 

Anne-Christine Lang membre du groupe LREM. DR

 

« Les constructeurs automobiles seront-ils capables de proposer d’ici treize ans des voitures électriques d’une plus grande autonomie et accessibles à tous ? Je laisse la réponse aux spécialistes. En tout cas, Anne Hidalgo a raison d’impulser une dynamique au moment où elle vient de remporter l’organisation des JO », observe Anne-Christine Lang (LREM).

 

Marie-Anne Gairaud et Christine Henry  leparisien.fr

Paris VCirculationvéhicules essencestransports

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here