Quatre graphiques pour comprendre la délinquance en France en 2017

0
15
Quatre graphiques pour comprendre la délinquance en France en 2017

Quatre graphiques pour comprendre la délinquance en France en 2017

Mesurer la délinquance n’est pas chose aisée. Les chiffres de l’insécurité publiés par la police et la gendarmerie ne suffisent pas pour en évaluer tous les aspects, car ils ne mesurent pas réellement la délinquance, mais plutôt l’activité policière, notamment via les plaintes déposées. Elles sont complétées par les « enquêtes de victimation », menées directement auprès des Français, les interrogeant sur les actes de violence ou les vols subis pendant l’année. C’est le cas de l’enquête « Cadre de vie et sécurité », publiée jeudi 7 décembre par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Lire aussi :   Chiffres de la délinquance : baisse des vols et violences, hausse de la cybercriminalité

« La différence entre les deux sources tient surtout à la décision de la victime d’informer ou non la police ou la gendarmerie », expliquait en 2016 au Monde Philippe Robert, sociologue et auteur avec Renée Zauberman de Mesurer la délinquance (2011). Une décision qui tient de l’obligation lorsqu’il s’agit de se faire rembourser des biens cambriolés par son assurance, mais qui devient moins évidente pour la victime dans des cas comme les agressions sexuelles ou les agressions par un proche. Etat des lieux des principaux types de délinquance en France.

  • Les débits frauduleux sur les comptes bancaires explosent

C’est l’évolution la plus importante de ces dernières années : le nombre de victimes de débits frauduleux sur leur compte bancaire a explosé, jusqu’à atteindre 4,3 % de la population en 2016. Soit plus du double de son niveau de 2010.

Plus de 4 % de la population française a été victime d’un retrait frauduleux en 2016

Estimation du nombre de victimes de retraits frauduleux sur leur compte bancaire
Source : Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

« Contrairement à d’autres atteintes (violences physiques, vols, etc.), les ménages victimes d’escroqueries bancaires ne présentent pas de caractéristiques particulières, explique l’ONDRP. Ces atteintes semblent toucher les usagers de manière presque aléatoire. »

Le montant de ces débits frauduleux ? Pour les plus chanceux (dans un cas sur trois), ils s’élèvent à moins de 100 euros. Pour deux victimes sur dix, en revanche, ils dépassent les 1 000 euros.

  • Moins de cambriolages et de vols de voiture, conséquence inattendue des attentats ?

Si les faits de délinquance numérique sont en augmentation, les atteintes aux biens plus traditionnelles stagnent (comme les vols de voiture), voire baissent (comme les cambriolages).

La délinquance « traditionnelle » commence à perdre du terrain

Estimation du nombre de victimes de vols de voiture et de cambriolages de la résidence principale
Source : Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Pour expliquer cette baisse, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales évoquait dans son rapport annuel 2016 un possible « effet Charlie » :

« Au sujet des vols, l’Observatoire [envisage] un éventuel impact du déploiement de la police, de la gendarmerie et de l’armée dans les lieux publics sur leur fréquence à la suite des attentats de janvier 2015. Les […] vols ou tentatives de vol dans ou sur la voiture et celle des vols ou tentatives de vols personnels sans violences, ni menaces. »

Une hypothèse cependant immédiatement nuancée par l’Observatoire, qui souligne que la baisse des vols est tendancielle :

« Un “crime drop” se produit depuis le début des années 2000 et il a tout particulièrement concerné les vols liés aux véhicules à moteur et les vols personnels. »

Seule exception à cette règle, les vols de vélos, eux, augmentent depuis 2012.

  • Le terrorisme devient le problème de société le plus préoccupant, devant le chômage

L’année 2015 a été marquée par les attentats de Charlie Hebdo et du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis. Au point que depuis cette date, le terrorisme ne cesse de progresser parmi les préoccupations des Français, au point de devenir la première d’entre elles.

Le terrorisme devient le problème le plus préoccupant pour les Français en 2017

Proportion de personnes de 14 ans et plus citant le problème considéré comme le plus préoccupant dans la société française actuelle

L’Observatoire nuance ce constat en rappelant que la collecte de données a eu lieu en 2016 « quelques mois après l’assassinat du couple de policiers à Magnanville (13 juin
2016) et l’attentat de Nice »
et, l’année précédente, « peu de temps après les attentats du 13 novembre 2015 », ce qui a pu être à l’origine de la forte augmentation constatée.

A noter que les jeunes craignent davantage le terrorisme que les plus âgés : 46 % des 14-17 ans citent le terrorisme comme le problème le plus préoccupant, contre 27 % chez les plus de 50 ans.

  • Poursuite de la baisse des violences physiques non conjugales

Gifles, coups, étranglements, brûlures… Les violences physiques hors ménage arrivent principalement dans les lieux publics (58 %), mais aussi sur le lieu de travail ou d’études de la victime (21 %).

Depuis 10 ans, les violences physiques hors ménage ont significativement baissé, malgré un faible taux de dépot de plaintes (27 % des cas)

Nombre de victimes de violences physiques hors ménage
Source : Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Contrairement aux violences physiques conjugales, les hommes en sont légèrement plus victimes (1,3 % d’exposition à ce phénomène, contre 1,1 % pour les femmes). En revanche, comme les violences conjugales, l’immense majorité des auteurs (82 %) sont des hommes.

Faire raconter aux Français les violences subies – particulièrement celles au sein du couple – reste extrêmement difficile pour les enquêteurs : « En moyenne chaque année, 16 % des personnes devant répondre aux questions portant sur les violences physiques et/ou sexuelles subies dans le ménage refusent de répondre, répondent ne pas savoir ou bien interrompent l’enquête. »

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here