Focalisée sur l’euro, la Bourse de Paris opte pour la prudence

0
15
La Bourse de Paris opte pour la prudence-AFP/Archives/Bertrand GUAY

La Bourse de Paris reculait lègèrement (-0,21%) jeudi matin, les craintes liées au dynamisme de l’euro alimentant toujours la prudence des investisseurs.

A 09H40 (07H40 GMT), l’indice CAC 40 perdait 10,78 points à 5.096,47 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,39%, alors qu’à Wall Street, l’indice phare Dow Jones avait clôturé pour la première fois au-dessus des 22.000 points.

« La vigueur de la monnaie unique est un frein à court terme et devrait peser sur les perspectives des entreprises au second semestre », ont estimé les analystes de Aurel BGC.

« C’est bien évidemment l’évolution de l’euro (qui a touché hier un plus haut de plus de 2 ans et demi face au dollar) qui commence à impacter les entreprises exportatrices (européennes) et le moral des investisseurs », ont aussi souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

L’euro s’est hissé mercredi au-dessus de 1,19 dollar pour la première fois depuis janvier 2015, sur fond d’interrogations sur les politiques monétaires des banques centrales européenne et américaine. Jeudi matin il évoluait à nouveau à 1,18 dollar.

Du côté des indicateurs, la zone euro publiera son commerce de détail en juin.

Aux États-Unis, les demandes hebdomadaires d’allocations chômage, l’indice ISM d’activité dans le secteur des services en juillet et les commandes industrielles en juin sont aussi à l’agenda.

La journée sera également animée par une décision de politique monétaire de la Banque d’Angleterre. Selon les experts, elle devrait maintenir le statu quo sur ses taux d’intérêt dans un contexte d’activité économique terne sur fond d’incertitudes persistantes liées au Brexit.

– Secteur bancaire boudé –

En matière de valeurs, le secteur financier restait mal orienté, comme la veille.

Axa reculait de 0,53% à 25,17 euros, malgré une progression de son bénéfice net semestriel de 2% à 3,3 milliards d’euros, grâce à une meilleure rentabilité de ses activités.

Crédit Agricole perdait 0,95% à 14,55 euros, en dépit d’une hausse bien meilleure qu’attendu de ses bénéfices pour le deuxième trimestre grâce à la plupart de ses divisions et à des coûts en baisse.

Bic prenait pour sa part 4,11% à 103,45 euros. Le groupe a abaissé ses objectifs annuels de croissance organique et de rentabilité, après avoir publié jeudi un bénéfice net en repli de 10,3% au deuxième trimestre, inférieur aux attentes, mais les investisseurs semblaient davantage retenir le fait que la marge du groupe soit moins affectée que prévu.

Bonduelle bénéficiait (+0,24% à 33,48 euros) d’un bond de son chiffre d’affaires de 16,3% lors de son exercice décalé 2016/2017, franchissant la barre des 2 milliards d’euros, une progression largement imputable à l’acquisition de l’Américain Ready Pac Foods, finalisée en mars dernier.

Neurones profitait aussi (+0,89% à 28,35 euros) d’une hausse de 10,6% de son chiffre d’affaires au premier semestre, à 245 millions d’euros, et a confirmé sa perspective pour l’ensemble de l’année.

Pernod Ricard reculait de 0,26% à 116,85 euros, après un abaissement de sa recommandation à « neutre » par Natixis, tout comme Arkema (-1,92% à 95 euros), abaissé à « neutre » par Credit Suisse.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here